Enable JavaScript to visit this website.
Skip directly to content

Témoignage de Pfizer au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes

25/04/22

Le 25 avril, Pfizer a été invitée à témoigner devant le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes dans le cadre de son étude sur l'équité en matière de vaccins et les droits de propriété intellectuelle. Les remarques complètes sont ci-dessous.

Dès les débuts de la pandémie, Pfizer et BioNTech se sont engagés fermement à garantir l’accès équitable et abordable aux vaccins contre la COVID-19 partout dans le monde.

Nous avons d’abord introduit la tarification différenciée :

  • Nous avons établi un prix pour les pays riches, comme le Canada, où le prix a été comparé au coût historique du vaccin contre la grippe.
  • Nous avons demandé aux pays à revenu moyen de payer la moitié de ce prix.
  • Et nous avons offert le vaccin au prix coûtant aux pays à revenu faible, qui représentent environ 50 % de la population mondiale.

Nous avons ensuite établi de multiples voies d’approvisionnement :

  • Nous avons des ententes d’approvisionnement direct avec les gouvernements comme le Canada. À ce jour, nous avons distribué plus de 71 millions de doses ici.
  • Nous avons une entente d’approvisionnement direct avec COVAX. En 2021, Pfizer et BioNTech ont distribué plus de 250 millions de doses – ce qui représente plus de 25 % de l’approvisionnement total de COVAX – à plus de 100 pays et territoires.
  • Nous avons appuyé des programmes de dons des gouvernements. Cela inclut 1 milliard de doses offertes aux États-Unis aux fins de dons à des pays à revenu faible et moyen de la tranche inférieure et à l’Union africaine.
  • Nous avons également instauré des programmes de dons humanitaires.

Finalement, nous avons déployé un réseau mondial de fabrication fiable.

En date du 17 avril, nous avons distribué plus de 3,3 milliards de doses du vaccin de Pfizer-BioNTech à plus de 179 pays et territoires dans chaque région du monde.

Nous nous sommes engagés à fournir 2 milliards de doses aux pays à faible et moyen revenu en 2021 et 2022. En date du 17 avril 2022, nous avons distribué plus de 1,3 milliard de doses à 110 pays vers l’atteinte de cet engagement.

Notre chaîne d’approvisionnement et notre réseau de fabrication couvrent maintenant 4 continents et comprennent plus de 20 établissements. Nous partageons notre technologie avec de nombreux partenaires de fabrication, notamment Biovac en Afrique du Sud, Eurofarma au Brésil et beaucoup d’autres. Nos contrats de licence volontaire ont été établis avec des partenaires qui ont une excellente feuille de route en matière de production de vaccins de qualité et qui ont une capacité de production à grande échelle.

De plus en plus de voix crédibles à travers le monde reconnaissent que les brevets ou l’approvisionnement ne sont pas le problème :

  • Le Africa Centre for Disease Control and Prevention a interrompu tous les dons de vaccins contre la COVID-19 jusqu’au troisième ou quatrième trimestre de cette année, expliquant que le principal défi pour vacciner le continent ne sont plus les pénuries, mais bien les défis logistiques et la réticence face à la vaccination.
  • L’OMS a signalé que de nombreux pays ont du mal à atteindre un taux élevé de vaccination contre la COVID-19, malgré un approvisionnement adéquat.
  • L’Union africaine et COVAX ont refusé des façons d’obtenir le vaccin étant donné que les pays en développement ont de la difficulté à transformer les stocks en inoculations. Les deux principaux fabricants de vaccins contre la COVID-19 en Inde ont stoppé la production de vaccins, citant des stocks importants et l’absence de nouvelles commandes.

Pour atteindre l’objectif de vacciner la population mondiale, nous devons concentrer nos efforts là où ils comptent le plus.

Il faut d’abord investir dans la préparation des pays et répondre à l’hésitation face à la vaccination. Les vraies solutions pour améliorer l'accès aux vaccins comprennent le renforcement et l'entretien des infrastructures de soins de santé pour administrer le vaccin, le soutien aux travailleurs de première ligne pour administrer le vaccin, les campagnes contre l'hésitation à l'égard du vaccin pour accroître l'acceptation du vaccin, le partage des doses et la levée des barrières commerciales.

Ce sont là les principaux enjeux liés à la pandémie auxquels font face les pays en développement.

Ensuite, nous devons continuer à surmonter les difficultés commerciales. Les restrictions d’exportation ont été un obstacle commercial considérable au début de la pandémie. Bien qu’elles soient actuellement facilement prises en charge, il existe toujours le risque qu’elles recommencent à poser problème.

Finalement, l’innovation continue est d’une importance capitale. De nombreuses entreprises collaborent afin de soutenir la R-D et la fabrication, grâce à la propriété intellectuelle et à des politiques en faveur de l’innovation. Ensemble, nous continuons de lutter contre la COVID-19 en :

  • mettant au point des vaccins supplémentaires qui ciblent les nouveaux variants
  • en menant des recherches sur des posologies ciblant des populations particulières, comme les enfants
  • en créant des formules supplémentaires qui amélioreront la conservation et la manipulation du vaccin afin d’en faciliter l’administration dans les pays en développement

La fondation de la propriété intellectuelle a permis un solide réseau mondial d’approvisionnement avec de multiples partenariats qui maintiennent des normes de qualité élevées; pour cette raison, l’industrie produit maintenant environ 1 milliard de doses du vaccin contre la COVID-19 par mois.

Alors que vous envisagez de formuler des recommandations pour le gouvernement, nous vous encourageons à reconnaître que les brevets ne sont pas l’obstacle à l’équité.