Passer directement au contenu

Innocuité des médicaments

Les médicaments peuvent vous aider à retrouver la santé, à prévenir une maladie ou à vous sentir mieux. Cependant, les médicaments, qu’ils soient d’ordonnance ou en vente libre, comportent à la fois des bienfaits et des risques.

Lorsque les scientifiques étudient un nouveau médicament dans le cadre d’une étude clinique, ils utilisent le terme « effets indésirables » pour désigner les problèmes qui surviennent chez les personnes qui prennent ce médicament. Bien que ces effets indésirables ne soient pas nécessairement liés à la prise du médicament étudié, il est tout de même important de les noter et de tenter de déterminer si un lien de causalité existe. Un problème qu’on sait associé à un médicament donné est appelé « effet indésirable » ou « réaction indésirable » par les spécialistes de l’innocuité des médicaments; le terme couramment employé est « effet secondaire ». Ce type de manifestation constitue une grande préoccupation pour les patients et les médecins.

En tant que société pharmaceutique multinationale, nous avons la responsabilité éthique et réglementaire de surveiller l’innocuité des médicaments que nous mettons au point. Dans le cadre de son engagement envers la sécurité des patients, Pfizer emploie des spécialistes de l’innocuité des médicaments partout dans le monde, y compris ici au Canada, qui assurent le suivi des déclarations d’effets indésirables.

La déclaration des effets indésirables vise à fournir toute l’information pertinente sur les bienfaits et les risques des médicaments afin d’aider les patients, les professionnels de la santé et les organismes de réglementation à prendre des décisions éclairées concernant leur utilisation.

Découvrez-en plus sur l’innocuité des médicaments et vous.

L’innocuité des médicaments et vous : comprendre les « effets secondaires »

Les médicaments peuvent vous aider à retrouver la santé, à prévenir une maladie ou à vous sentir mieux. Cependant, tous les médicaments, qu’ils soient d’ordonnance ou en vente libre, comportent à la fois des bienfaits et des risques. Les bienfaits sont des effets positifs, comme le soulagement de la douleur, la diminution de la taille d’une tumeur ou la réduction du taux de cholestérol sanguin. Les risques représentent quant à eux les possibilités qu’un médicament entraîne des effets négatifs indésirables ou inattendus. La plupart de ces effets sont mineurs et passagers, comme la sécheresse de la bouche ou une insomnie temporaire, mais certains peuvent être graves, comme l’augmentation du risque d’hémorragie ou de crise cardiaque.

Lorsque les scientifiques étudient un nouveau médicament dans le cadre d’une étude clinique, ils utilisent le terme « effets indésirables » pour désigner les problèmes qui surviennent chez les personnes qui prennent ce médicament. Bien que ces effets indésirables ne soient pas nécessairement liés à la prise du médicament étudié, il est tout de même important de les noter et de tenter de déterminer si un lien de causalité existe. Un problème qu’on sait associé à un médicament donné est appelé « effet indésirable » ou « réaction indésirable » par les spécialistes de l’innocuité des médicaments; le terme couramment employé est « effet secondaire ». Ce type de manifestation constitue une grande préoccupation pour les patients et les médecins. Tout médicament, quel que soit son degré d’innocuité et d’efficacité, peut causer des effets secondaires. C’est pourquoi les bienfaits éventuels d’un médicament doivent être soupesés par rapport aux risques possibles. Les organismes de réglementation gouvernementaux examinent les données sur les bienfaits et les risques d’un nouveau médicament obtenues auprès de patients dans le cadre d’études cliniques avant d’en approuver l’utilisation par le public. Les décisions des médecins et des patients reposent sur les besoins et les préférences des patients en matière de santé.

Vos décisions en ce qui a trait aux médicaments doivent être prises en collaboration avec votre médecin et les autres professionnels de la santé que vous consultez. Lorsque vous prenez ce genre de décision, vous devez aussi tenir compte du risque que pose le fait de ne pas traiter l’affection dont vous souffrez. Le défi consiste à déterminer si le risque d’effets secondaires l’emporte sur les bienfaits possibles du médicament utilisé pour traiter ou prévenir une maladie. En vous informant sur l’innocuité, les bienfaits et les effets secondaires des médicaments, vous pourrez prendre des décisions plus éclairées avec votre équipe soignante.

Tel médicament causera-t-il des effets secondaires?

Le médicament idéal ciblerait seulement le problème de santé et n’aurait aucun autre effet sur l’organisme. Malheureusement, le médicament parfait n’existe pas. Tous les médicaments peuvent entraîner des effets autres que ceux prévus. Le risque d’effets secondaires varie grandement en fonction du médicament utilisé, de la façon dont il est employé, des autres médicaments pris en même temps et des caractéristiques du patient (comme son âge, son poids, les autres maladies dont il souffre et ses facteurs de risque).

Vous pouvez discuter de cette question avec votre médecin lorsque vous envisagez de prendre un nouveau médicament. Demandez-lui quelle est la probabilité que des effets secondaires surviennent durant le traitement.

Il va sans dire que votre médecin ne peut prédire avec certitude si vous présenterez ou non un effet secondaire particulier, mais il peut vous informer sur les signes à surveiller et la façon de réagir si cela se produit.

Certains médicaments causent rarement des effets secondaires, tandis que d’autres (comme les médicaments anticancéreux) en provoquent chez presque tous les patients qui les prennent. Certains effets secondaires sont fréquemment associés à un médicament donné, tandis que d’autres sont rares. Enfin, certains effets indésirables sont graves et d’autres ne le sont pas.

Quelles sont les conséquences possibles des effets secondaires?

Vous avez peut-être remarqué que certains médicaments comportent des mises en garde au sujet d’effets indésirables peu fréquents, mais graves. De façon générale, ces mises en garde méritent qu’on s’y attarde, car les effets indésirables des médicaments concernés peuvent s’avérer mortels ou laisser des séquelles permanentes. Soulignons que la probabilité qu’un effet indésirable grave survienne augmente si beaucoup de personnes prennent un médicament donné au fil du temps. Cependant, les bienfaits que procure le médicament peuvent tout de même justifier le risque, compte tenu de divers facteurs, dont la gravité de la maladie en cause.

Un médicament doit être soumis à des essais rigoureux avant que sa vente soit approuvée, et les fabricants et les organismes de réglementation gouvernementaux continuent de surveiller les effets indésirables (qui peuvent ou non être liés à l’emploi du médicament) après son approbation. Un médicament qui peut causer des effets secondaires graves est approuvé seulement si ses bienfaits connus en lien avec la maladie qu’il vise à traiter l’emportent sur les risques apparents. Cela dit, les effets secondaires mineurs (ceux qui n’entraînent aucune conséquence à long terme et qui disparaissent souvent d’eux-mêmes) sont nettement plus courants que les effets plus graves. Les sociétés pharmaceutiques et les organismes de réglementation ont mis en place des systèmes pour recueillir les déclarations d’effets indésirables graves et inattendus chez des patients qui prennent des médicaments approuvés et y réagir rapidement.

Les effets secondaires varient également quant au degré de dérangement qu’ils occasionnent. Par exemple, un médicament peut causer d’importants malaises, comme une démangeaison ou des maux de tête, sans toutefois entraîner de séquelles permanentes. Selon les bienfaits que procure un médicament, bien des patients et des médecins peuvent accepter les effets secondaires qui ne sont ni graves ni très incommodants. (Remarque : Certains effets n'étant pas jugés graves en soi, comme la somnolence, peuvent représenter des risques graves pour la sécurité d’une personne qui conduit ou utilise des machines. Assurez-vous de respecter toutes les mises en garde qui se trouvent sur l’étiquette et l’emballage des médicaments concernant les activités à éviter durant le traitement.)

Puis-je faire quelque chose pour diminuer le risque d’effets secondaires?

Absolument. Commencez par demander à votre médecin ou à votre pharmacien quels sont les effets secondaires possibles lorsque vous prenez un nouveau médicament, qu’il soit sur ordonnance ou en vente libre.

Connaissez vos médicaments. Apprenez le nom (générique et marque de commerce) de tous les médicaments que vous prenez et sachez pour quelle affection ils sont employés. Tenez à jour une liste de tous vos médicaments (sur ordonnance, en vente libre, suppléments nutritionnels ou à base de plantes) ainsi que de leur posologie, et apportez-la à tous vos rendez-vous médicaux. Si vous faites des recherches sur Internet pour en apprendre plus sur vos médicaments, confirmez les renseignements que vous avez trouvés auprès de votre médecin ou de votre pharmacien, car les sites Web ne sont pas tous fiables. Les grandes sociétés pharmaceutiques ont des sites Internet informatifs conçus pour présenter les médicaments qu’elles fabriquent aux patients; ces sites constituent un bon point de départ. Vous pouvez aussi consulter les sites Web des organismes gouvernementaux chargés de la réglementation des médicaments, comme Santé Canada.

Lisez l’étiquette et suivez les directives. Une fois que vous aurez fait exécuter votre ordonnance, prenez le médicament exactement comme il vous a été prescrit. Si vous oubliez de le prendre ou sautez intentionnellement une dose, demandez à votre médecin ou à votre pharmacien ce que vous devez faire (ne doublez pas automatiquement la prochaine dose). Et si vous avez du mal à payer vos médicaments, ne divisez pas les comprimés pour économiser. (Dans certains cas, prendre des demi-doses peut être dangereux.) Informez-vous plutôt sur les solutions de rechange plus abordables ou les programmes offerts pour aider les patients à obtenir les traitements dont ils ont besoin.

Si vous êtes inquiet ou confus en raison de quelque chose que vous avez lu sur l’étiquette ou la notice d’emballage de votre médicament d’ordonnance, ne l’ignorez pas et n’évitez pas de prendre votre médicament! Discutez de vos préoccupations avec votre médecin. Ce dernier vous a prescrit un traitement pour que vous en retiriez certains bienfaits, il est donc important qu’il détermine avec vous si le rapport risques-avantages du médicament vous convient.

Connaissez vos antécédents médicaux et informez-en votre professionnel de la santé. Si vous avez déjà eu des réactions allergiques ou d’hypersensibilité, ou des effets secondaires en lien avec un médicament, dites-le. Veillez à ce que votre médecin soit au courant de vos problèmes de santé actuels et antérieurs, de même que de vos facteurs de risque.

Évitez les interactions. Certains effets secondaires peuvent découler de la prise d’un médicament avec un aliment ou une boisson (comme le jus de pamplemousse) ou encore avec un autre médicament ou un produit de santé (y compris les vitamines et les herbes médicinales) qui peut provoquer des interactions néfastes. Prenez note des mises en garde relatives aux interactions possibles qui figurent sur l’étiquette ou l’emballage, et demandez à votre médecin ou à votre pharmacien s’il y a autre chose que vous devez savoir (comme si le médicament doit être pris avec de la nourriture ou s’il est sécuritaire de le prendre avec les autres médicaments que vous prenez déjà).

Réduisez au minimum les effets indésirables, dans la mesure du possible. On peut réduire la fréquence des effets secondaires associés à certains médicaments en prenant ces derniers avec un repas ou à une certaine heure de la journée, par exemple. Encore une fois, il importe de suivre les instructions de l’étiquette ou de l’emballage et de demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Que dois-je faire si j’éprouve un effet secondaire possible?

Notez les effets qu’a le médicament sur votre corps et votre esprit. Demandez à votre médecin à quoi vous devez vous attendre durant votre traitement – après combien de temps devriez-vous remarquer une amélioration, quels effets secondaires peuvent survenir et si vous devez effectuer des tests de suivi ou faire l’objet d’une surveillance. Sachez quoi faire si vous éprouvez des effets secondaires et quand en aviser votre médecin. En cas de doute quand à la nécessité de consulter votre médecin, il est préférable de le faire. C’est une bonne idée de noter tout changement ou effet secondaire possible qui survient.

Bien que les changements que vous constatez durant un traitement ne soient pas nécessairement tous des effets secondaires associés aux médicaments que vous prenez, il est tout de même important de consulter votre professionnel de la santé. Les sensations ou les symptômes peuvent être la manifestation d’un problème de santé sous-jacent ou d’une interaction entre deux médicaments que vous prenez. Votre médecin doit tenir compte du moment où le problème est apparu, des autres causes possibles ainsi que des effets indésirables connus du médicament. Il pourrait vous recommander de cesser de prendre votre médicament, d’en essayer un autre ou d’ajuster la posologie.

Le choix approprié dépendra de l’importance des bienfaits du médicament pour votre santé, de même que de la gravité et du degré de dérangement des effets secondaires.